Quartiers Libres 25/02/2019

Compte rendu subjectif de la Revue de Projet numéro 3
du projet de réaménagement urbain « Quartiers Libres »
lundi 25/02/2019

La réunion a débuté par une prise de parole du collectif d’habitants « J’Y Vis G mon Avis » avec la lecture du communiqué ci-dessous, adressé à Mme Caradec, adjointe à l’urbanisme de la mairie de Marseille :

Madame l’Adjointe au Maire,

Votre démarche inédite initiée en 2014 à travers le projet Quartiers Libres suscite de nombreuses interrogations, restées sans réponse ce jour.

Comment Quartiers Libres peut représenter l’intérêt des habitants sans se pencher sur les facteurs d’exclusion de l’emploi, de logement indécents et d’équipements nécessaires (en plus des écoles) pour permettre aux habitants de sortir de la précarité accrue qui les touchent.

Nous regrettons qu’aucune réflexion sur le logement indigne ne soit portée dans Quartiers Libres. Plutôt qu’une réponse à la question de l’habitat indigne et à la précarité de ses occupants, vous misez sur la recherche d’une dynamique économique et immobilière qui chassera les plus pauvres d’entre nous. Tant qu’il n’y a pas de politique de développement socio-économique conséquente en direction des habitants, toute opération d’urbanisme contribue à gentrifier un quartier. Un réel débat autour de ce risque nous semble ainsi essentiel.

Vous avez Madame indiqué dans « Traits Urbains » que « Quartiers Libres » s’appuie sur les usages et besoins des habitants. Aucune initiative n’est néanmoins proposée dans ce sens, l’absence d’une Maison du Projet en témoigne.

Le site du projet revendique aussi un projet fait avec et pour ses habitants.

Le 7 décembre dernier, lors du séminaire des communs, M. Ballan, sociologue du projet,  affirmait que « la participation est dans l’ADN du projet Quartiers Libres ». Pourtant, lorsqu’en comité de gestion du 18 octobre 2018, les délégués d’usages réclament des éléments permettant que la concertation du couvent touche toutes les communautés et groupes sociaux, il répond « cela n’est pas notre travail et nous ne pouvons pas arriver au degré de détail réclamé ».

Nous déplorons que trop peu de personnes ne soient informées de cette revue de projet du 25 février, puisque ni la date ni le lieu ne sont affichés sur le site de Quartiers Libres, les réseaux sociaux ou même dans le quartier. Que vaut ainsi la concertation si les plus précaires, majoritaires sur ce territoire, en sont exclus ?

Tant que tous les habitants ne sont pas associés à sa conception, le Droit à la ville pour tous les habitants ne sera pas respecté.

Des habitants ont organisé en septembre 2018, un mois de concertation sur l’avenir du couvent Levat

– informant leurs voisins de l’existence et du fonctionnement de cet espace. Rôle de médiateur que vous refusez d’endosser malgré les multiples demandes des délégués d’usages au Comité de Gestion. Les 50 affiches à poser laissées par la Mairie au couvent paraissent ainsi dérisoires.

– organisant des temps de débat et de consultation dans l’espace public pour toucher tous les profils d’habitants du quartier,

– réunissant des voisin.es de tout horizon social, culturel et économique dans le jardin pour leur permettre de découvrir le lieu,

– réunissant jusqu’à 90 personnes de la Belle de Mai, là aussi de tout horizon pour réfléchir lors d’une soirée-débat à l’avenir du couvent.

Ceci est un exemple parmi d’autres d’actions mises en place par les habitants en faveur d’une évolution du quartier. Nous devons sans cesse nous substituer aux  pouvoirs publics et opérateurs rémunérés pour le faire.

Nous vous interpellons pour vous questionner sur la part que prend « Quartiers Libres » dans la stratégie métropolitaine de lutte contre l’habitat indigne et dégradé, et pour vous interroger sur l’inclusion réelle des habitants dans le projet Quartiers Libres.

Nous vous exhortons à faire en sorte que « Quartiers libres » intègre, porte et mette en place :

 – Le retrait des éléments de langage du discours « participatif » impliquant les habitants, de votre site internet et de vos interventions public.

 – une concertation qui informe, aille vers et implique tous les groupes sociaux du quartier.

 – la tenue effective 3 fois par an de revues de projets sur des lieux plus divers, et annoncées au moins 3 semaines avant, avec une communication à la hauteur (affichage, réseaux sociaux, etc.). Ce sont là des conditions minimales, encore qu’insuffisantes, pour que la concertation permette réellement à chacun de s’informer et de contribuer, de façon continue pendant la décennie du projet, que les revues de projet ouvrent le débat sur les questions en cours et qu’elles soient ouvertes à tous, permettant à chacun d’interpeller et de dialoguer avec les élus comme c’est votre souhait.

 – une Maison du Projet avant la fin mars avec des moyens pour la faire fonctionner et pour permettre à chacun d’être informé, de s’exprimer et d’être écouté sur ce projet qui concerne le cadre de vie de tous les habitants.

  – la mise à disposition de moyens par la mairie pour tenir ses engagements d’ouverture progressive du jardin Levat au public avec ouverture tous les jours jusqu’à au moins 18h30 et tous les week-ends. A ce titre, les  recommandations de la consultation citoyenne organisée par les habitants sur l’avenir du jardin Levat doivent être prises en compte.

 – des actions effectives de luttes contre l’habitat indigne qui ne servent pas de prétexte à l’éviction des pauvres du quartier et qui s’appuient sur les propositions des collectifs qui y travaillent.

 –  des mesures coercitives de la métropole empêchant la hausse des loyers et bloquant toute spéculation immobilière sur le périmètre « Quartiers Libres ».

 – la réquisition de logements vides pour y installer les évacués du quartier de l’arrondissement.

 –  une politique de développement, d’insertion économique, de formation et de création d’emploi en direction des habitants plutôt que de chercher un effet d’entraînement.

Pour un 3e vivant et populaire !

Nous vous prions d’agréer, Madame l’Adjointe au Maire, l’expression de nos salutation distinguées.

Les élus ayant été informés en amont de l’existence de ce communiqué ont axé leurs interventions sur les thèmes abordés par les habitants :

  • Pertinence de la méthodologie de la concertation et moyens alloués à celle-ci :

Le site internet sera alimenté plus sérieusement et plus régulièrement avec les dates des prochains rendez-vous et les comptes rendus. Nous avons demandé à ce que les diapositives montrées lors de cette réunion du 25/02 y figurent, consultables par tous, ce qui a été promis sous une semaine.

Les élus et techniciens ont reconnu les défaillances de la concertation qui ne touche pas toutes les catégories de la population, mais ne semblent pas vouloir faire des efforts dans ce sens malgré la demande d’une réunion de travail sur ce sujet avec l’objectif de faire émerger des propositions concrètes.

Une exposition est prévue à la Maison pour Tous Belle de mai en avril 2019. C’était un souhait exprimé des habitants que ce type d’information soit au cœur du quartier plutôt qu’à la Friche, moins fréquentée par certains habitants.

La Maison du projet sera réalisée en septembre 2019 dans le périmètre des casernes, le pavillon BUGEAUD, à côté de l’école Bugeaud. Nous espérons qu’elle ne sera pas une coquille vide avec une expo et quelques réunions par an mais un véritable outil d’informations avec des moyens pour la faire fonctionner, accueillir et accompagner les publics dans la concertation sur de larges horaires d’ouverture. Peut-être pouvons-nous ajouter que s’approprier largement dans la diversité et en nombre cet espace pèsera dans la négociation entre l’armée et la ville pour l’achat de la caserne du Muy.

Un point d’information demandé sur la situation du rachat de la caserne du Muy sur laquelle repose en grande partie le projet QL : au 25 février 2019 la ville ne fait part d’aucun avancement dans la négociation avec l’armée.

  • Ouverture progressive au public du jardin Levat

Les horaires annoncés pour 2019 restent les mêmes qu’aujourd’hui, soit 9h à 17h au lundi au vendredi et deux dimanches par mois, sachant qu’un de ces deux dimanches a été proposé par l’association d’habitants jardiniers « les Amis du jardin Levat » qui gèrera bénévolement cette ouverture afin de pallier en partie au manquement de la promesse municipale d’élargir les horaires d’ouverture.
Cela reste totalement insuffisant puisqu’enfants et parents ne pourront s’y rendre après l’école et que le jardin sera fermé au public les samedis, 2 dimanches par mois et les jours fériés.

Une « concertation » spécifique débutera sur l’avenir du jardin Levat au printemps 2019 sans date arrêtée et une précision, la forme retenue est celle de groupe de travail comme cela a été le cas pour la mobilité (prévue déjà en 2018) mais aucun changement n’est prévu avant avril 2020 (fin du bail d’occupation temporaire).

  • Mobilité, transports

Trois réunions de travail sur cette thématique ont eu lieu début 2018 et des habitants volontaires s’y sont investis avec la promesse d’une réunion de restitution à l’automne 2018. Celle-ci n’a jamais eu lieu et nous la réclamons. L’équipe « Quartiers Libres » admet qu’elle n’a pas été organisée et propose de la faire en avril 2019. Plusieurs questions sont posées sur ce sujet démontrant la nécessité de celle-ci.

– piétonisation de la rue Levat qui pourrait être réalisée très rapidement (l’équipe a eu l’air de découvrir cette idée alors qu’elle est exprimée depuis deux ans)

-stationnement payant incontournable d’après l’équipe, cela risque d’être une des premières mesures avant tout autre chantier! Les habitants expriment leur opposition.

-la requalification de la rue Clovis Hugues demandée par la mairie de secteur mais retardée pour cause de projet Quartiers Libres.

-La piste cyclable en sens inverse des voitures dans la rue de la Belle de mai qui nous semble une hérésie.

– la surcharge des bus du quartier à toute heure a également été évoquée. A signaler que des habitants avaient proposé lors d’une réunion de travail de créer des bus rapides depuis La Rose ou Le Merlan pour le centre ville et d’autres départs depuis Burel pour les habitants de la Belle de mai.

La transformation de la gare St Charles (doublement en souterrain) fera l’objet d’une consultation spécifique de la part des aménageurs à l’attention de la population marseillaise dès le printemps 2019.

Des réflexions sont en cours côté RTM avec des propositions à court terme comme le raccourcissement de la ligne 52 et le renforcement de la ligne 49.

  • Ecoles

L’équipe « Quartiers Libres » nous confirme la construction de nouveaux groupes scolaires : l’école Marceau, rue Masséna, 22 classes pour la rentrée 2022 ; l’école Jolie Manon, rue Loubon, 17 classes, pas de dates pour le moment ; l’école de la Friche 9 classes pour la rentrée 2023.

On nous annonce également les écoles « Ruffi » 20 classes, l’école « Docks Libres » 9 classes pour 2023  et la future « cité internationale », 15 classes, mais elles ne figurent pas dans le périmètre du projet « Quartiers Libres » et servent uniquement à gonfler le chiffre des classes supplémentaires.
Sur le secteur concerné cela constitue réellement un supplément de 48 classes alors que Bugeaud, 22 classes et Masséna, 14 classes (préfabriqués) seront supprimées, soit 36 classes. Donc un gain total de 10 classes sur les 5 ans à venir alors que toutes les écoles sont saturées, que de nouveaux logements sont en cours d’achèvement sur le 3ème et que des logements supplémentaires sont prévus sur le projet « Quartiers Libres ». Rappelons également que les classes dédoublées CP et CE1 mises en place par le gouvernement, sont matérialisées sur notre secteur  par deux enseignants dans une même classe faute de locaux et que les salles informatique et les bibliothèques scolaires ont été également supprimées pour être transformées en salles de classe. Cela reste donc pour nous totalement insuffisant !

L’équipe QL a confirmé l’annulation des PPP et a indiqué que ces rénovations/constructions allaient passer en MOP (Maitrise d’œuvre Publique). Ils travaillent actuellement sur ce dossier de façon « urgente »…

Ces annonces d’ouvertures d’écoles ont amené une autre question : comment faire après puisqu’aucun nouveau collège ni lycée n’est prévu. Où iront ces enfants alors les collèges lycées actuels sont déjà surchargés… L’équipe « Quartiers Libres » annonce être en retard et n’avoir pas commencé à travailler sur le sujet. Ils vont s’y mettre…

D’autre part, les écoles existantes, en plus d’être insuffisantes sont également dans des états de délabrement qui réclament des rénovations lourdes et urgentes. Aucune réponse n’est apportée sur ce sujet.

L’équipe « Quartiers Libres » a cependant annoncé qu’il avait été entamé un « audit » des écoles du quartier (déjà les 2/3 auraient été visitées) pour analyser, selon les cas de :

-L’opportunité d’ouvrir des classes supplémentaires dans certaines écoles.
-En fermer et/ou envisager des rénovations pour d’autres avec une attention toute particulière sur les écoles Cadenat, Jobin, Pommier et National. Avec des actions concrètes pour 2019, 2020 et 2021 pour améliorer au plus vite la vie scolaire.

Madame Casanova a annoncé l’achat du 182 boulevard National pour, je cite « plus d’aisance pour Pommier et National ». Ils ne savent pas encore ce qu’ils font y faire.

Problème évoqué du manque de place dans les dortoirs des écoles maternelles (avec en plus l’obligation de scolarisation dès 3 ans à la rentrée 2019). La « solution » de Mme Casanova est l’expérimentation de lits superposés. Une solution évidemment inacceptable.

Enfin, à écouter Madame Casanova, le problème viendrait surtout de la trop forte natalité dans le quartier ! (qui les a notamment empêché de désengorger National au moment de l’ouverture des préfabriqués de Bugeaud et Massena…) Honteux …

D’autre part, Mme Casanova décrit la future école Marceau comme répondant au programme (le minimum!) établi entre autre avec le personnel enseignant. Elle annonce des ateliers entre chaque classes permettant des activités diverses (jardinage, cuisine).
Il nous faudra rester vigilant pour que les salles dédiées aux ateliers ne deviennent pas des salles de classe sous la pression démographique. Veillons à ce qu’elles aient une définition et une nomination particulière et ne soient pas comptées comme de potentielles salles de classe.

  • Le logement existant et l’habitat indigne

Cette thématique n’avait pas du tout été intégrée dans le projet « Quartiers Libres » et les évènements du 5 novembre ont incité les élus à en tenir compte. Toutefois la présentation qui nous est proposée est en fait la politique de lutte contre l’habitat indigne que la mairie de Marseille peine à mettre en place depuis décembre 2018, et ce, plutôt sur Noailles que sur le 3ème. C’est la métropole qui porte le PLH (plan local de l’habitat) et il a été annoncé l’ouverture de la maison de l’habitat, au 19 rue de la République dans le 1er. Cet espace, guichet unique sur les questions de logement, est ouvert du lundi au vendredi de 9h à 17h…

Le relogement des gens expulsés sur le secteur est resté imprécis ainsi que le nombre de logements vacants ou impropres à la location dans le 3ème.

Les habitants souhaitent une véritable réflexion sur le risque de gentrification lié au projet de réaménagement urbain « Quartiers Libres » et des mesures d’encadrement des loyers sur son périmètre. Réponse de QL : « Ce n’est pas prévu ». La mairie n’a pas la volonté de travailler sur ce risque et les habitants devront donc rester offensifs sur cette question.

Des aides conséquentes seront attribuées aux petits propriétaires à faibles revenus pour des travaux de rénovation de leur logement. A suivre de près pour vérifier cette information et les conditions d’attribution.

  • Questions diverses

Des questions sur le PLUI et plus particulièrement sur le fait que les futurs chantiers de « Quartiers Libres » ne soient pas intégrés au PLUI.
QL est une OAP, (Opération d’Aménagement et de Programmation), dans le PLUI actuellement à l’enquête publique. Les projets qui devraient se réaliser comme par exemple les écoles, ne figurent pas sur le PLUI. Pas de réponse claire sur ce sujet de l’équipe QL et des élus.

Concernant le développement économique, il nous est annoncé que des préemptions pourraient être envisagées pour les pieds d’immeubles afin de susciter l’installation de nouveaux commerces.

Des habitants directement concernés par la requalification des zones très proches des casernes souhaitent connaitre les perspectives et les délais concernant leurs logements, s’il doit y avoir expulsions et rachat afin de pouvoir prendre leurs dispositions. Pas de réponse claire de QL.

Autre point, la fameuse « lentille » rue Guibal. Son inscription pour les 10 ans à venir comme une zone pouvant être démolie va bloquer toute transaction et tout investissement (ce qui est déjà le cas visiblement). Les seules personnes prêtes à acheter sur des zones comme celles-ci, et profitant éventuellement de situations financières compliquées de certains vendeurs sont des marchands de sommeil. Personnes qui n’ont aucune scrupule à louer un bien dégradé. Si des travaux se font leurs biens seront rachetés, et ils auront depuis largement rentabilisés leurs investissement, et si rien ne se fait finalement ils auront un bien qui reprendra de la valeur puisque sortant d’une zone bloquée, mais ils auront rentabilisé.  Soyons donc conscients que ce type de zonage a un impact non négligeable.

Publicités

4 Replies to “Quartiers Libres 25/02/2019”

  1. Une précision :

    La Métropole a consulté le Collectif Vélo en Ville (CVV, pour lequel je suis le responsable de la commission Aménagements cyclables) à propos de la création du double-sens rue de la Belle de Mai. Le CVV étant globalement demandeur de ce type d’aménagement (par ailleurs obligatoire dans les rues limitées à 30 km/h, sauf contrainte de sécurité dûment justifiée, ce qui ne peut être le cas ici), il ne pouvait émettre un avis défavorable à cet aménagement. Nous avons simplement relevé que cela devra se traduire par la suppression de 2 ou 3 places de stationnement à l’endroit le plus étroit.

    Amicalement.

    Stéphane Coppey

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s