Commons Camp

Le Commons Camp et l’assemblée des lieux intermédiaires de Marseille, du 17 au 19 janvier, c’est bientôt et c’est gratuit (sauf repas) ! Inscrivez-vous !!!! Inscription : https://frama.link/inscription-ccmarseille2020
+ d’infos : https://commonscamp.cc/Marseille2020
co-organisé par le collectif « Brouettes et compagnie »

Concertation Quartiers Libres

Suite au courrier ci-dessous de l’équipe du projet de réaménagement urbain « Quartiers Libres », choisissant une fois de plus de s’adresser à quelques acteurs locaux au détriment d’une information au plus grand nombre, les collectifs « Brouettes et compagnie », « Citoyens du 3 » et « J’Y Vis » vous font part de leur réponse :

Courrier d’information « Quartiers Libres » :

Marseille. le 26 novembre 2019
Objet : « Quartiers Libres » – Ouverture de la Maison du Projet
Madame, Monsieur
« Quartiers Libres » est un projet urbain piloté par la Métropole d’Aix-Marseille Provence. Ce projet s’étend sur 140 hectares allant de la gare Saint-Charles au sud jusqu’au boulevard Plombières au nord, et de l’autoroute A7 à l’ouest jusqu’au quartier Chapitre à l’est. Il concerne donc les quartiers de Saint-Charles et de la Belle de Mai.
Le projet « Quartiers Libres » a pour objectif d’améliorer la qualité́ de vie des habitants, des nouveaux arrivants, des personnes de passage, des travailleurs et de faire du secteur concerné, et notamment de la gare Saint-Charles, un lieu plus agréable, ouvert à tous.
Dans ce cadre, la Métropole a prévu la mise en place d’une Maison du Projet située au coeur du quartier. L’achèvement des travaux de la Maison du projet est attendu pour début 2020.
Afin de préparer l’ouverture de la Maison du projet en cohérence avec sa vocation future, la Métropole Aix- Marseille Provence a souhaité engager une phase d’écoute préalable de différents responsables et acteurs locaux des quartiers de Saint-Charles et de la Belle de Mai. Dans cette perspective, elle a missionné le cabinet Nicaya Conseil pour l’accompagner dans la préparation et la mise en oeuvre de cet évènement.
Vous allez être sollicité(e) dans les prochains jours par un consultant du cabinet afin de convenir d’une date d’interview. Dans la mesure où votre agenda vous le permet, je vous saurais gré de bien vouloir donner une suite
favorable à cette demande dans les meilleurs délais.
Mes équipes se tiennent à votre disposition pour tout complément d’information éventuel sur cette démarche.
Vous remerciant par avance pour l’attention que vous voudrez bien porter à ma sollicitation, je vous prie de bien vouloir agréer, Madame, Monsieur, l’expression de mes sentiments les meilleurs.
Hélène Jouve
Directrice des Projets Laboratoires
DGADUST / Métropole Aix-Marseille Provence

Mail du cabinet NICAYA :
Objet : Demande de rendez-vous – Projet Quartiers Libres porté la Métropole AMP.

« Quartiers Libres » est un projet urbain piloté par la Métropole d’Aix-Marseille Provence, qui concerne les quartiers de Saint-Charles et de la Belle de Mai et a pour objectif d’améliorer la qualité de vie des habitants, des nouveaux  arrivants…
Dans ce cadre, la Métropole a prévu la mise en place d’une Maison du Projet située au cœur du quartier. Afin d’en préparer l’ouverture, en cohérence avec sa vocation future, la Métropole Aix-Marseille Provence a souhaité engager une phase d’écoute préalable de différents responsables et acteurs locaux des quartiers de Saint-Charles et de la Belle de Mai. 
Aussi, la Métropole a mandaté notre cabinet afin de rencontrer ces acteurs et recueillir leur avis sur le projet.
Nous vous remercions donc de bien vouloir envisager un rendez-vous téléphonique, selon vos disponibilités (3/4h environ). Nous pouvons vous proposer de notre côté les dates suivantes :

– Jeudi 5 décembre après midi
– Vendredi 6 journée
– Lundi 9 la journée
– Mardi 10 en journée
– Mercredi 11 journée
– Jeudi 12 journée
– Vendredi 13 journée
Vous en remerciant par avance,
Meilleures salutations

Réponse des collectifs « Brouettes et compagnie, « Citoyens du 3 » et « J’Y Vis »:

Bonjour,

Votre message ne nous est parvenu que le 6 décembre dernier, les GAFA et en l’occurrence Google via Gmail, vous avaient identifié, il faut le préciser, comme Spam… qui sait dans un éclair de lucidité…

Vous nous apprenez en effet, dans ce message, qu’il existe bel et bien un projet urbain « Quartiers Libres », ce qui devrait nous rassurer, nous avions quelques doutes à ce sujet, et ce, d’autant que son objectif est d’améliorer la qualité de vie des habitants.

L’habitat est-il un moyen d’améliorer la qualité de vie des habitants ?

Il faut croire que non puisque cet aspect n’est pas intégré dans le projet urbain Quartiers Libres malgré nos demandes répétitives.

À croire également que ce projet Quartiers Libres est frappé d’amnésie puisque nos réunions, groupes de travail, post-it, courriers, en bref l’ensemble de nos productions depuis septembre 2014 et notamment notre demande récurrente de maison de projet, s’est évanoui…

il est vrai que nous sommes les fantômes du bataillon de la Belle de mai (1871) !

Vous souhaitez « recueillir [nos] avis sur le projet de maison du projet attendu depuis 2016-17 ou encore une fois, sur le projet urbain Quartiers Libres lui-même ?

Il doit en fait s’agir du projet lui-même puisque la maison du projet existe déjà et même que son inauguration a eu lieu en septembre dernier (annoncée lors d’une réunion revue de projets Quartiers Libres en février 2019). Il semble même qu’elle se situe dans une impasse…

Et encore une fois, le glissement du calendrier et un intermédiaire venant aspirer l’absence de budget sauf pour payer un sociologue/alibi et une agence de communication qui ne masque en rien l’absence de volonté d’une véritable concertation auprès de TOUS les habitants.

Nous allons donc déserter ce simulacre de concertation et ne reviendrons que lorsque les conditions d’une véritable prise en compte des habitants et des citoyens seront à l’œuvre.

Salutations citoyennes.

Collectif brouettes et compagnie

Collectif Citoyens du 3

Collectif J’y vis

 

Ci-dessous, comment la ville de Nantes informe les habitants sur l’évolution d’un projet de réaménagement urbain :

 

La parole est à vous

Le Printemps Marseillais propose les 10 et 17 décembre des espaces de parole dans le 13003 en vue d’enrichir son programme pour les Municipales 2020. Thème : « Nos enfants dans nos quartiers » : crèches, écoles, activités extrascolaires…
Venez vous exprimer!

Ecole Ruffi 13003

Alors qu’une nouvelle école publique va ouvrir ses portes en 2020 sur Euromed, la Ville de Marseille entend continuer à envoyer des enfants du quartier dans des préfabriqués.

Euroméditerranée continue de bouleverser en profondeur les quartiers qu’il traverse au détriment, bien souvent, des habitants qui y vivent. Un nouveau cas d’école se présentera lundi au conseil municipal, avec le rapport n° 126.

Celui-ci vise à actualiser les périmètres d’affectations scolaires en vue des inscriptions pour la rentrée 2020 et propose, notamment, la création d’un nouveau secteur dans le 2e arrondissement de Marseille.

À la jonction des quartiers Arenc, St-Mauront et la Villette, il désignera les affectations des enfants qui entreront en septembre dans le nouveau groupe scolaire Antoine-de-Ruffi.  Au 2, rue Urbain V, 8 classes de maternelles et 12 classes d’élémentaires vont bientôt voir le jour.

Une aubaine dans une ville où l’état des écoles défraie la chronique. Une aubaine dans ce secteur où les effectifs scolaires sont tendus, et où depuis 2004, des enfants étudient dans une école tampon provisoire en préfabriqué de 9 classes. Sauf que quinze ans plus tard, l’école Ruffi (13003) en compte 17.


Et avec ce redécoupage sectoriel, ces élèves malgré les attentes n’accéderont pas tous au groupe scolaire flambant neuf qui, par un drôle de clin d’œil, porte, lui, la particule de l’historien marseillais.Le sentiment de déclassement accentué par les promesses non tenues, l’effondrement d’un plafond et la construction d’une école privée juste en face, s’aiguise un peu plus aujourd’hui.

Cynisme et mépris

« La municipalité fait le choix de la ségrégation » dénoncent dans un courrier des parents d’élèves, « 15 ans que les familles attendent leur « vraie école en dur », et elle va leur passer sous le nez ». « On atteint le summum du cynisme et du mépris » abonde Nassera Benmarnia, conseillère PS des 2 et 3e arrondissements. Dans le viseur, les nouveaux habitants d’Euromed.

« On nous accuse de vouloir mettre ensemble les enfants des immeubles qui se construisent autour mais ce n’est pas ça » se défend Danièle Casanova, adjointe au maire, en charge de l’Éducation, « le périmètre prend une partie des écoles Bellevue, Félix-Pyat, Ruffi, et a été élaboré avec les trois inspecteurs d’académie concernés. »

Sauf que l’ouverture de seulement 5 classes sur 20 à la rentrée, (« une pratique courante » selon l’élue) interroge au regard de l’ambition de faire de cette école un « nouveau pilier de l’offre de services publics de proximité prévue dans le projet d’aménagement du futur Parc habité d’Arenc ». Entre les lignes, on comprend que les 15 classes laissées en réserve accueilleront les enfants des futurs habitants. Ceux qui sont coincés à Ruffi, devront, eux, attendre l’ouverture de la Cité scolaire internationale pour sortir des préfabriqués. Un projet qui vient d’être reporté à 2024.

L’intérêt collectif, comme le soulignent les communistes du secteur, aurait sans doute été d’ouvrir dès 2020, les 20 classes de la nouvelle école afin d’y accueillir tous les élèves et faire des préfabriqués une annexe, plutôt que l’inverse. Et ce même si à Marseille, le provisoire a une fâcheuse tendance à durer.

Ch.C. journal La Marseillaise

En savoir plus